Comment réduire sa taxe foncière et taxe d’habitation : astuces et conseils

Les impôts locaux tels que la taxe d’habitation et la taxe foncière pèsent souvent lourdement sur le budget des ménages. Pourtant, des solutions existent pour diminuer ces charges fiscales sans nécessairement renoncer à son logement ou à ses projets immobiliers. Découvrez dans cet article comment réduire votre imposition locale et alléger ainsi votre budget.

Rappel sur la taxe d’habitation et la taxe foncière

Avant de vous livrer nos conseils, il convient de rappeler brièvement ce que sont la taxe d’habitation et la taxe foncière. La première est due par toute personne occupant un logement au 1er janvier de l’année, qu’elle en soit propriétaire, locataire ou occupante à titre gratuit. La seconde est payée par les propriétaires, usufruitiers ou emphytéotes d’un bien immobilier bâti ou non bâti (terrain).

Ces taxes sont calculées sur la base de la valeur locative cadastrale du bien concerné, revalorisée chaque année. Plusieurs facteurs influent sur le montant de ces taxes : la situation géographique du bien, sa taille, ses équipements et les taux d’imposition votés par les collectivités territoriales (communes, départements et régions).

Les exonérations possibles

Première piste pour alléger son imposition locale : vérifier si l’on peut bénéficier d’une exonération ou d’un dégrèvement. Certaines catégories de contribuables, en raison de leur situation personnelle, peuvent en effet être totalement ou partiellement exonérées de taxe d’habitation et/ou de taxe foncière.

A découvrir aussi  L'entretien de la chaudière à gaz : un impératif pour la sécurité et le confort

Par exemple, les personnes âgées de plus de 60 ans, veuves ou invalides, sous certaines conditions de revenus, peuvent obtenir une exonération totale ou partielle de leur taxe d’habitation. De même, les personnes handicapées à plus de 80 % peuvent bénéficier d’une réduction pour leur résidence principale. Pour la taxe foncière, les propriétaires âgés de plus de 75 ans et aux revenus modestes peuvent aussi prétendre à une exonération.

Il est important de vérifier régulièrement sa situation auprès du centre des finances publiques afin de ne pas passer à côté d’une exonération à laquelle on aurait droit.

Les travaux éligibles à des réductions fiscales

Réaliser des travaux d’amélioration énergétique dans votre logement peut également vous permettre de diminuer votre imposition locale. En effet, certains travaux sont éligibles à un crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ou à la prime « MaPrimeRénov’ ». Ces aides financières sont accordées sous conditions et permettent non seulement de financer vos travaux mais aussi d’alléger votre facture fiscale.

Par ailleurs, si vous réalisez des travaux de rénovation ou d’agrandissement de votre logement, vous pouvez bénéficier d’une exonération temporaire de taxe foncière sur les propriétés bâties pendant deux ans à compter de l’achèvement des travaux. Cette exonération ne s’applique toutefois qu’aux constructions neuves ou aux agrandissements d’immeubles existants qui augmentent leur surface habitable de plus de 10 %.

Contester une imposition jugée excessive

Si vous estimez que le montant de votre taxe d’habitation ou de votre taxe foncière est trop élevé, il est possible de contester l’évaluation cadastrale auprès du centre des finances publiques. Vous devrez toutefois apporter des éléments précis pour étayer votre demande, tels que des erreurs dans la description du bien (surface, nombre de pièces…) ou des références à des biens similaires ayant une valeur locative plus faible.

A découvrir aussi  Logiciel de pige immobilière : un outil incontournable pour les professionnels de l'immobilier

Attention, cette démarche doit être effectuée rapidement : vous disposez en général d’un délai de 90 jours à compter de la réception de l’avis d’imposition pour présenter une réclamation.

Acheter un bien en SCI pour réduire sa fiscalité foncière

L’achat d’un bien immobilier en société civile immobilière (SCI) peut également constituer une solution intéressante pour optimiser sa fiscalité foncière. En effet, les biens détenus en SCI ne sont pas soumis à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) et permettent de répartir les revenus fonciers entre les différents associés, ce qui peut être avantageux si certains d’entre eux sont peu imposés.

Toutefois, cette solution nécessite de bien maîtriser le fonctionnement des SCI et de s’entourer de conseils avisés pour éviter les écueils juridiques et fiscaux.

Les taxes d’habitation et foncière représentent des charges importantes pour les ménages français. Pourtant, il est possible de réduire leur montant en étant attentif aux exonérations possibles, en réalisant des travaux éligibles à des réductions fiscales ou en contestant une imposition jugée excessive. N’hésitez pas à solliciter l’aide d’un conseiller fiscal pour vous accompagner dans ces démarches et optimiser votre fiscalité locale.