Aides ANAH : tout savoir sur les dispositifs de soutien à la rénovation énergétique

Face à la nécessité de réduire notre empreinte écologique et nos factures énergétiques, les aides financières pour la rénovation énergétique sont essentielles. L’Agence nationale de l’habitat (ANAH) propose plusieurs dispositifs d’aides pour accompagner les particuliers dans leurs projets de rénovation. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur les aides ANAH, leurs conditions d’éligibilité et leur fonctionnement.

Qu’est-ce que l’ANAH et quelles sont ses missions ?

L’Agence nationale de l’habitat (ANAH) est un établissement public français créé en 1971, dont la mission principale est d’améliorer le parc de logements privés existants. Elle intervient notamment par le biais de subventions pour financer des travaux d’amélioration du confort, de sécurité ou encore de performance énergétique des logements.

Pour atteindre ces objectifs, l’ANAH s’appuie sur un réseau décentralisé composé des services départementaux et des directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL). Les aides accordées par l’agence sont destinées aux propriétaires occupants, aux propriétaires bailleurs ou encore aux copropriétaires.

Les principales aides proposées par l’ANAH

L’ANAH propose plusieurs types d’aides pour soutenir les projets de rénovation énergétique des particuliers, parmi lesquelles on retrouve :

  1. Le programme Habiter Mieux Sérénité : il s’agit d’une aide financière pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique permettant d’améliorer la performance énergétique du logement d’au moins 25 %. Les travaux doivent être réalisés par un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).
  2. Le programme Habiter Mieux Agilité : cette aide est destinée à financer des travaux de rénovation énergétique simples et rapides à mettre en œuvre, comme le changement d’un système de chauffage ou l’isolation des combles. Les travaux doivent également être réalisés par un professionnel RGE.
  3. Le programme MaPrimeRénov’ : lancé en janvier 2020, ce dispositif fusionne le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et les aides de l’ANAH. Il est destiné aux propriétaires occupants et bailleurs, ainsi qu’aux copropriétaires, pour financer des travaux de rénovation énergétique. L’aide est versée sous forme de prime.
A découvrir aussi  L'impact du coworking à Lyon sur l'immobilier commercial

Les conditions d’éligibilité aux aides ANAH

Pour bénéficier des aides proposées par l’ANAH, plusieurs conditions doivent être remplies :

  1. Etre propriétaire occupant, bailleur ou copropriétaire : les aides sont accordées aux particuliers qui occupent le logement concerné ou qui mettent en location un logement.
  2. Le logement doit être achevé depuis plus de 15 ans : les aides de l’ANAH sont destinées aux logements anciens, dont la construction est achevée depuis au moins 15 ans à la date du dépôt de la demande d’aide.
  3. Respecter des plafonds de ressources : les aides sont accordées sous condition de ressources pour les propriétaires occupants. Les plafonds varient en fonction du nombre de personnes composant le ménage et de la zone géographique du logement.
  4. Réaliser des travaux éligibles : les travaux financés doivent permettre d’améliorer la performance énergétique du logement, comme l’isolation, le chauffage ou la ventilation.
  5. Faire appel à un professionnel RGE : les travaux doivent être réalisés par un artisan ou une entreprise certifiée Reconnu Garant de l’Environnement (RGE).

Comment bénéficier des aides ANAH ?

Pour solliciter une aide financière auprès de l’ANAH, il convient de suivre ces étapes :

  1. Etablir un diagnostic énergétique : avant d’entamer les travaux, il est recommandé de réaliser un diagnostic énergétique afin d’identifier les points faibles du logement et déterminer les travaux prioritaires à effectuer.
  2. Déposer une demande d’aide en ligne : la demande d’aide doit être effectuée sur le site de l’ANAH, en remplissant un formulaire et en fournissant les pièces justificatives demandées. Il est important de ne pas commencer les travaux avant d’avoir obtenu l’accord de l’agence.
  3. Signer une convention avec l’ANAH pour les propriétaires bailleurs : dans le cas d’un propriétaire bailleur, une convention doit être signée avec l’ANAH pour définir les conditions de mise en location du logement rénové (loyers plafonnés, durée de location).
  4. Réaliser les travaux dans les délais impartis : une fois l’accord obtenu, les travaux doivent être réalisés dans un délai de 3 ans. A la fin des travaux, il convient d’adresser à l’ANAH les factures des entreprises ayant réalisé les travaux.
  5. Paiement de l’aide : après vérification des factures et du respect des engagements pris, l’aide est versée directement au bénéficiaire ou à un tiers mandaté (banque, notaire).
A découvrir aussi  Location saisonnière : panorama et conseils pour une expérience réussie

L’ANAH constitue un soutien majeur pour les particuliers souhaitant réaliser des travaux de rénovation énergétique. Les aides proposées permettent d’alléger le coût des travaux et d’améliorer significativement la performance énergétique des logements concernés. Pour bénéficier de ces dispositifs, il est essentiel de bien se renseigner sur les conditions d’éligibilité et de suivre scrupuleusement les démarches auprès de l’agence.