Les différents dispositifs existants pour financer son projet immobilier ?

Puisque tout projet immobilier constitue un investissement conséquent, il peut ne pas être à la portée de tout le monde de pouvoir le financer. La bonne nouvelle c’est que de nombreux dispositifs sont à la portée des personnes concernées pour investir à crédit. Voici une liste non exhaustive des dispositifs permettant de financer un projet immobilier.

Prêt immobilier classique sans apport personnel

C’est la solution la plus prisée en France. Avec ce dispositif, il est bel et bien possible d’investir dans un projet immobilier même sans apport personnel. Nombreux sont en effet les banques et les organismes de crédit qui proposent ce type de produit. Il suffit de justifier d’une situation professionnelle stable, et bien évidemment, d’une situation financière saine.

PTZ : prêt à taux zéro

Il s’agit d’une aide de l’État que les particuliers pourront obtenir auprès d’une banque conventionnée pour financer l’acquisition d’un bien immobilier. Certaines conditions concernant surtout les revenus et l’usage du logement à acheter sont à respecter pour pouvoir en bénéficier. Le montant du PTZ n’est pas très élevé. Aussi, il s’utilise en complément d’un prêt immobilier.

PC : Prêt conventionné

Ce type de prêt est accordé par une banque qui a signé une convention avec l’État. Il n’y a pas de plafonds de ressources pour bénéficier de cette aide. De plus, la durée du prêt peut être longue, de quoi réduire la mensualité. Mais il est obligatoire de faire du bien en question sa résidence principale.

Prêt « action logement »

Le montant du prêt action logement se situe entre 7 000 et 25 000 euros selon la zone où se situe son futur logement. Pour être éligible à ce dispositif, il est nécessaire que le diagnostic de la performance énergétique de l’habitat soit supérieur à la catégorie D. Egalement, la durée du remboursement ne doit pas être supérieure à 20 ans.

PAS : prêt d’accession sociale

Ce crédit se destine aux personnes qui souhaitent devenir propriétaires de leur résidence principale. Il est soumis à des conditions de revenus qui dépendent des charges de la famille et de la localisation du prochain logement. Le PAS est disponible chez les banques conventionnées, et ce sont celles-ci qui vont fixer le taux d’emprunt en respectant les limites imposées par la loi.

PEL : plan épargne logement et CEL : compte épargne logement

Ce sont des comptes réglementés qui sont destinés à financer un projet immobilier. Le PEL et le CEL peuvent servir à constituer son apport personnel, mais aussi à l’agrandir de manière notable grâce aux primes de l’état. Ils permettent de ce fait de réduire considérablement le coût total de son prêt immobilier.

Prêt personnel

Il s’agit d’un crédit à la consommation qui peut être obtenu sans justificatif d’utilisation. Le prêt personnel propose des taux très intéressants ces derniers temps. Il constitue donc une excellente alternative pour financer l’apport personnel de son prêt immobilier. Pour cela, il faut prendre son temps à comparer toutes les offres disponibles afin de dénicher celle qui correspond le mieux à ses besoins.

Dispositif Pinel

Ce dispositif vise tout logement qui ne servira pas de résidence principale à l’acheteur. C’est pour un bien destiné à être loué. Le dispositif Pinel donne la possibilité de faire un investissement immobilier sans apport. Dans ce cas, le locataire ne doit pas être un membre de son foyer fiscal. Également, les ressources annuelles des locataires ne doivent pas excéder les plafonds définis par la loi. Le loyer est plafonné par la loi.

Bref, il existe de nombreux dispositifs et aides possibles pour financer son projet immobilier sans apport personnel. C’est une liste non exhaustive, mais il y en a bien d’autres, comme les aides de la CAF, l’épargne salariale ou encore le prêt entre particuliers.

Retour en haut