Terrain viabilisé constructible : comment le choisir ?

Se lancer dans la construction d’une maison est un projet ambitieux et complexe. L’une des étapes clés est le choix du terrain sur lequel sera érigée la future habitation. Pour faciliter cette étape cruciale, de nombreux particuliers optent pour un terrain viabilisé constructible. Mais comment choisir ce type de terrain ? Quels sont les critères à prendre en compte pour faire le bon choix ? Cet article vous guidera dans cette démarche importante.

Qu’est-ce qu’un terrain viabilisé constructible ?

Un terrain viabilisé constructible est un terrain qui a été rendu apte à accueillir une construction et bénéficie des raccordements nécessaires aux différents réseaux (électricité, eau, assainissement, télécommunications). Autrement dit, il s’agit d’un terrain prêt à construire sur lequel il ne reste plus qu’à bâtir la maison. Il est donc crucial de bien choisir ce terrain pour éviter les mauvaises surprises lors de la construction.

Les critères à prendre en compte pour choisir un terrain viabilisé constructible

Pour choisir un terrain viabilisé constructible, plusieurs critères doivent être pris en compte :

  1. La localisation : Il est important de définir la zone géographique dans laquelle vous souhaitez construire votre maison. Prenez en considération l’environnement et les commodités disponibles (commerces, écoles, transports en commun) ainsi que la distance par rapport à votre lieu de travail. Pensez également à vérifier les perspectives d’évolution du quartier (urbanisation, projets d’aménagement) pour anticiper les éventuelles nuisances à venir.
  2. La superficie : La taille du terrain doit être adaptée à vos besoins et vos envies. Elle déterminera la surface habitable de votre future maison ainsi que l’espace extérieur disponible (jardin, terrasse). Il est essentiel de bien estimer ces dimensions pour choisir un terrain qui vous conviendra parfaitement.
  3. L’orientation : L’exposition du terrain a une influence directe sur la luminosité et la consommation énergétique de votre habitation. Un terrain orienté plein sud permettra de bénéficier d’un ensoleillement optimal, tandis qu’un terrain orienté nord sera plus frais en été, mais moins lumineux. L’orientation idéale dépendra donc de vos préférences et de vos exigences en termes d’économie d’énergie.
  4. La topographie : L’implantation et la configuration du terrain peuvent impacter le coût et la complexité des travaux de construction. Un terrain pentu ou en pente nécessitera des aménagements spécifiques (fondations renforcées, terrassement) et peut engendrer des surcoûts importants. Il est donc primordial d’étudier attentivement la topographie du terrain avant de prendre une décision.
  5. Le plan local d’urbanisme (PLU) : Ce document règlementaire encadre l’aménagement et l’utilisation des sols sur le territoire d’une commune. Il détermine les règles de constructibilité applicables aux différents terrains, telles que les coefficients d’occupation des sols (COS), les hauteurs maximales autorisées ou encore les distances à respecter entre les constructions. Il est impératif de consulter le PLU pour connaître les contraintes qui s’appliqueront à votre projet et vérifier que le terrain choisi est bien constructible.
A découvrir aussi  L'évolution des espaces de co-living : vers une nouvelle manière de vivre ensemble ?

Les démarches administratives liées à l’achat d’un terrain viabilisé constructible

Une fois le terrain viabilisé constructible choisi, plusieurs démarches administratives sont nécessaires avant de débuter la construction :

  1. Le bornage : Cette opération permet de délimiter précisément les limites du terrain en matérialisant ses angles et ses côtés par des bornes. Elle doit être réalisée par un géomètre-expert et peut être obligatoire dans certaines situations, notamment lorsqu’il y a un litige entre voisins.
  2. Le permis de construire : Il s’agit d’une autorisation administrative délivrée par la mairie qui atteste de la conformité de votre projet aux règles d’urbanisme en vigueur. Le dépôt du dossier doit être effectué auprès du service urbanisme de la mairie et comprendre un ensemble de documents (plans, notice descriptive, formulaire Cerfa). L’instruction du dossier prend généralement entre deux et trois mois.
  3. L’assurance dommages-ouvrage : Obligatoire pour toute construction neuve, cette assurance couvre les éventuels dommages affectant la solidité de l’ouvrage ou le rendant impropre à sa destination. Elle doit être souscrite avant le début des travaux et peut être prise en charge par le constructeur ou l’acquéreur du terrain.

En tenant compte de tous ces éléments, vous serez en mesure de choisir un terrain viabilisé constructible adapté à vos besoins et à votre projet de construction. Il ne vous restera plus qu’à faire appel aux professionnels compétents pour concrétiser votre rêve : architectes, constructeurs, maîtres d’œuvre… et bientôt, votre maison prendra forme sur ce terrain que vous aurez choisi avec soin.