Les dépenses annexes lors d’une acquisition immobilière

De nos jours, un achat d’un bien immobilier nécessite la mobilisation d’un budget conséquent pour l’acheteur. Donc afin de bien calculer la somme totale de votre acquisition, il faut prendre en compte les charges annexes engendrées par ce projet dans votre situation actuelle et celle de la future. Cela vous permet d’éviter des mauvaises surprises pendant votre démarche.

Les coûts d’agence immobilière

Il est important de savoir que si vous avez opté pour les services d’une agence immobilière lors de votre transaction, il est aussi impératif de régler les frais de cette agence au moment de la signature de l’acte de vente chez le notaire. Sachez que d’une manière générale, le montant varie d’une agence à une autre et il est déterminé librement entre l’agent immobilier concerné et son client, car il n’existe pas encore des textes juridiques qui régissent sa fixation. Alors, nous vous recommandons de faire jouer la concurrence dans le but de trouver une agence avec une commission plus abordable. Mais vous pouvez également tenter de chercher un logement à acquérir de particulier à particulier. Notons que la commission d’une agence immobilière peut être à la charge du vendeur ou de l’acheteur. En moyenne, elle est environ entre 3 et 6% du coût de vente. La valeur des frais d’agence est dégressive en fonction de la catégorie du logement concerné.

Les nombreuses taxes liées au bien immobilier

Sachez que le notaire organise dès le départ la répartition de certains coûts liés au bien immobilier entre les deux parties c’est-à-dire le vendeur et l’acheteur. Par exemple, l’administration fiscale prévoit que les impôts locaux sont réglés  par le propriétaire ou  la personne qui occupait le bien au 1er janvier. C’est pour cela que les taxes de l’année en cours sont à la charge du vendeur. Pourtant dans la pratique, une répartition selon la durée de l’occupation est prévue dans les clauses de l’acte de vente c’est-à-dire que la taxe foncière est partagée entre les parties. Pour ce faire, le vendeur doit payer cette taxe entre le 1er janvier jusqu’au jour de la vente, et l’acheteur verse le montant entre le jour de la vente et le 31 décembre. En général, les prix à payer pour la taxe foncière sont d’environ 1 155 euros. Mais, cela varie suivant la taille de votre logement et le montant de la taxe appliquée par la commune. Concernant la taxe d’habitation, elle sera versée par le vendeur-propriétaire du bien.

Les autres frais concernés

À part tout cela, n’oubliez pas qu’il existe encore d’autres charges supplémentaires très importantes comme :

  • Les coûts de votre emprunt bancaire : nous savons tous que le recours à un crédit est une démarche classique pour l’achat d’un immobilier.  Donc, l’acquéreur doit rembourser le capital demandé, le taux d’intérêt et les autres frais complémentaires.
  • Les frais de notaire : ils regroupent ses honoraires, les taxes et impôts y afférents, les droits d’enregistrement et de gestion. Pour le bien neuf, ils sont de 2 à 3% et l’ancien de 7 à 8% de son prix exact.
  • Les charges de copropriété : ce sont des coûts dus envers le syndic par la personne qui est copropriétaire du lieu au jour de l’exigibilité.
  • Et autres.
Les dépenses annexes lors d’une acquisition immobilière
Retour en haut